mardi 10 mai 2016

Indomptables de Cecily Von Ziegesar


Synopsis



Issue de la jeunesse dorée new-yorkaise, Merritt, 16 ans, a tout ce qu'elle veut, tout de suite. Sauf ses examens... Pour la remettre en selle, ses parents l'envoient passer l'été dans un centre équestre. Là-bas, elle y fait la connaissance de Red, un poulain aussi rebelle qu'elle, et de Béatrice, une palefrenière, qui la fascine. La vie de la jeune femme est sur le point de basculer. Et pas forcément dans le sens qu'espéraient ses parents... Car Merritt est comme Red : indomptable.







Chronique de Méli




La couverture est vraiment jolie. On sent au travers de la rage par le côté sombre au niveau des couleurs, mais aussi, comme un genre de désespoir.

Quand nous commençons ce roman, nous nous rendons compte que les chapitres sont de taille normale à courte. Ce qui nous fait plaisir, c'est que l'auteure alterne la vision de l'histoire entre Merritt et Red. Ça fait plaisir de nous retrouver dans la tête d'un cheval et de voir ce qu'il pense.
Dès le départ, nous faisons la connaissance de Red, un cheval tout jeune et tout foufou dans sa tête. Nous le comprenons et comprenons comment il réagit. Au fur et à mesure que nous lisons son histoire, nous sentons toute la tristesse qu'il a et pourquoi il est aussi renfermé et si caractériel. Nous sommes vraiment émus.
Merritt est une jeune fille qui n'a pas eu une enfance facile et elle a un parcours semé d'embûches et ça nous fend directement le cœur. Nous nous rendons vite compte qu'elle a un fort caractère dû à son passé et son présent très tourmenté.
Nous faisons la rencontre de plusieurs personnages, mais aussi de plusieurs animaux. Certains personnages sont drôles et tous atypiques. Mais pour d'autres, nous les trouvons fatigants et nous essayons de faire de notre mieux pour comprendre d'où viennent leurs caractères aussi pénibles.
Nous sommes heureux de voir ce qu'il se passe par la suite. Nous retrouvons des personnages souriants pour qui, il semblerait, toute la tristesse ne soit qu'un lointain souvenir et ça nous remet un peu en joie.
Quand nous avançons, nous sommes rapidement perturbés de voir ce qu'il se passe et tout le bonheur que nous avions cru être enfin accompli, s'évanouit tout à coup. Nous retombons dans la tristesse et dans le malheur. Nous n'arrivons pas à croire que l’insupportable est en train de se dérouler sous nos yeux.
Nous retombons presque au point de départ pour Merritt et nous ne savons pas ce qui va advenir d'elle, mais aussi, nous nous inquiétons beaucoup pour Red.
Un retournement de situation vient nous faire sourire à nouveau et là, vu le nombre de pages qu’il nous reste à lire, nous savons que ça va se terminer sur cette note de bonheur. Malheureusement, c'est sans un tout dernier retournement de situation qui vient nous perforer le cœur de part en part. Nos sentiments sont torturés et nous sentons venir les larmes au bord de nos yeux.
Jusqu'au point final, la tristesse s’immisce dans les toutes dernières phrases et nous avons vraiment mal au cœur. Mais, nous sommes vraiment heureux d'avoir pu le lire et que l'auteure ait pu nous faire ressentir toute cette déferlante de sentiments.
C'est un très bon livre à lire et à relire.



Est-ce que j'ai aimé ce livre  ?



Du début à la fin, j'ai été prise dans l'histoire. C'est un livre torturé et très poignant. Je me suis retrouvé dans ce roman au travers de mon histoire entre Moi et Baïla la jument que personne ne pouvait monter à part moi. Entre nous deux c'était le coup de cœur et on se comprenait, tout comme Merritt et Red. Ça m'a fait du bien de me rappeler de ce moment de ma vie.
C'est un très bon roman à lire et je vous le conseille vraiment  !



Une note  ?



5/5



Je tiens à remercier les Éditions Michel-Lafon pour m'avoir permis de lire ce merveilleux roman.



Nombre de pages  : 383

ISBN 978-2-7499-2643-8

Tarifs  : 16€95 en format papier

Éditeur  : Éditions Michel-Lafon



4 commentaires:

  1. Eh bien, ce roman a l'air magnifique, ça me fait très envie !

    RépondreSupprimer
  2. J'ai adoré ce roman à deux voix

    RépondreSupprimer