lundi 14 décembre 2015

Dia Linn tome 2 Le livre d’Eileen partie 2 As Baile de Marie-Pierre Bardou


Synopsis


Décembre 1847. Eileen et Wyatt, les derniers survivants du clan des O’Callaghan, fuient l’Irlande et le comté du Kerry : la Grande Famine a dévasté leur famille et mis l’île d’Émeraude à genoux. Ils émigrent donc, à l’image des milliers des paysans irlandais – les cottiers – pour qui le choix était simple : fuir ou mourir de faim. Disant adieu aux splendeurs des lacs de Killarney, à leur frère déporté en Australie et à leurs morts, Eileen et son petit frère embarquent pour New York où ils espèrent, comme tant d’autres, trouver un avenir. Mais ce n’est pas dans le Nord des États-Unis qu’ils le trouveront : dérouté, le clipper les emmènera plus loin que prévu, dans un monde bien étrange et dont ils ne connaissent rien : La Louisiane, le Sud. C’est donc parmi les Créoles, les Cajuns, les Indiens, les planteurs et les pilotes de steamers, sur les showboats et dans les bayous, sur le Mississippi enfin, qu’Eileen devra achever sa mission : mettre son frère en sécurité.
Un monde interlope, bigarré, en pleine mutation et au bord de la rupture, où Eileen aura bien du mal à choisir sa place. L’univers policé des grandes familles de planteurs l’étouffe, celui des joueurs de poker, sur les steamboats, l’attire ; mais elle a de nouvelles obligations, de nouveaux liens aussi : puissants et indéfectibles, ils l’amèneront à faire des choix dangereux. Et, tandis que Wyatt trouve sa place et son bonheur à la barre d’un de ces navires mythiques qui sillonnent l’un des plus grands fleuves du monde, Eileen part à la poursuite d’un fantôme…
As baile, « loin de chez soi », est le second tome de Dia Linn, l’histoire d’une lignée familiale à travers les siècles et les continents. Les O’Callaghan ont troqué les brumes de l’Irlande pour la fausse langueur du Mississippi et Eileen, tranquillement, marche vers son destin : celui qui va sceller le sort de ses descendants.



Chronique de Méli




La couverture est magnifique et nous donne envie de nous plonger dans l’histoire.

Quand nous commençons ce livre, nous retrouvons tout de suite Eileen et Wyatt là où nous les avions laissés à la fin du premier tome. Nous sommes heureux de revenir dans cette saga avec ces protagonistes.
Dès le départ, nous sommes embarqués sur un bateau en partance de l’Irlande et en direction des États-Unis. Nous comprenons rapidement que quelque chose cloche chez Eileen et nous sommes ahuris de voir ce qu’il se passe pour elle. Nous la trouvons toujours aussi attachante et aimante envers ceux qu’elle aime et qu’elle apprécie et ça nous fait chaud au cœur. Un évènement arrive à grande vitesse et nous sommes choqués de voir ce qu’il se passe. Nous n’arrivons pas à croire ce qu’il se déroule à ce moment et nous sommes tristes pour beaucoup de personnes.
Marie-Pierre Bardou sait détailler tous les passages avec merveille ce qui fait que nous avons vraiment l’impression de vivre auprès d’Eileen et Wyatt et surtout, nous avons réellement l’impression de vivre dans le XIVe siècle.
Nous nous retrouvons à un moment assez troublant et nous angoissons de voir ce qu’il va arriver à certains personnages.
Rapidement, nous nous retrouvons à la Nouvelle-Orléans et nous sommes heureux d’être tombés sur ce continent. Pour les fans de cette période-là et de la Nouvelle-Orléans, c’est le bonheur assuré !
Nous en apprenons beaucoup sur l’esclavagisme qui sévissait beaucoup à cette période, sur toutes les maladies et aussi sur les us et coutumes.
À lui tout seul, ce roman est un vrai livre d’histoire, pas barbant du tout retraçant la vie des Néo-Orléanais. Nous retrouvons également les périodes de jeu et en particulier du poker qui se faisait sur des bateaux, mais à l’abri des regards. Nous en apprenons beaucoup sur ce jeu et nous voyons que c’est un livre très abouti.
Nous sommes choqués de voir ce qu’Eileen fait de certains personnages et aussi nous nous inquiétons pour elle. Par contre, nous sommes ravis de voir ce que devient Wyatt et nous le voyons grandir aussi bien physiquement que mentalement et ça nous fait très plaisir de le voir enfin devenir un homme. Nous parcourons avec lui le fleuve du Mississippi sur son bateau et c’est comme si nous y étions. Nous voyons tout ce qu’il voit grâce aux nombreuses descriptions de l’auteure.
Arrivés vers la fin, nous sentons que quelque chose se trame et nous sommes un peu angoissés sans savoir réellement ce qu’il se passe.
Rapidement, tout s’éclaire et aussi nous comprenons qu’un personnage est un véritable traitre et ça nous perturbe beaucoup car, comme Eileen, nous placions beaucoup d’espoirs en lui et de ce fait, nous sommes véritablement déçus.
La fin est encore plus choquante. Ça nous fend le cœur pour un personnage que nous apprécions tout particulièrement et aussi pour un autre. Nous angoissons de savoir ce qu’il va se passer par la suite dans le tome suivant.


Est-ce que j’ai aimé ce livre ?



J’ai beaucoup aimé cette suite ! Je me réjouissais de pouvoir enfin la lire et c’est chose faite. C’est avec grand plaisir que je me suis plongé dedans. J’ai beaucoup aimé ce passage à la Nouvelle-Orléans, car j’adore cette période-là et encore plus cette ville.
Je ne peux que vous conseiller de le lire ou de commencer à lire cette saga si merveilleuse et tellement bien racontée.


Une note ?



5/5


Je tiens à remercier les Éditions Hélène Jacob pour m’avoir permis de lire ce merveilleux roman.


Nombre de pages : 354

ISBN : 978-2-37011-061-9

Tarif : 4€99 en numérique

Éditeur : Éditions Hélène Jacob



4 commentaires:

  1. C'est vrai que la couverture est magnifique ! Merci beaucoup pour ce second avis, qui me donne encore plus envie de lire cette série :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite surtout pas ma belle, la saga est juste extra ! :-)

      Supprimer
  2. un grand merci pour cette belle chronique, de la part d'une auteur comblée !!! :-)

    RépondreSupprimer