mardi 2 juin 2015

Dérapages de Danielle Thiéry


Synopsis



Un corps d'enfant, très déconcertant, est découvert sur une plage du Nord de la France. Un cas troublant, qui laisse totalement perplexes les médecins légistes.
 Même le commissaire Edwige Marion, qui dirige un important service de la PJ parisienne, n'a jamais rien vu de tel.

Au même moment, Edwige Marion, récupère sa fille Nina, choquée et couverte de sang. Elle a fui Londres et sa soeur Angèle. Nina est mutique. Angèle et son mari, un scientifique renommé, ont disparu.
Quels peuvent être les liens entre cet enfant mort noyé, une adolescente, et un scientifique spécialiste du génome humain...

Commence pour la commissaire Marion une enquête complexe, aux ramifications internationales, et qui va vite sombrer dans l'horreur.



Chronique de Méli



La couverture est très belle et nous laisse penser tout de suite que ce roman aura un rapport avec la génétique.

Très vite, nous sommes très agréablement surpris de voir que ce sont des petits chapitres qui ornent ce polar et donc c’est plus agréable à lire et ça nous donne encore plus envie de poursuivre cette histoire.

Dès le départ, nous plongeons tout de suite dans le vif du sujet. Un accident qui s’avère ne pas en être un, des gens bizarres, une enfant qui fait peur et une grosse angoisse. Donc autant dire que l’auteur nous fait voir directement le pire en quelques lignes, ce qui est très prometteur pour la suite !
Ensuite, tout se poursuit. Nous retrouvons à nouveau une enfant bizarre, mais cette fois-ci morte et vu dans l’état où elle se trouve, nous pensons tout de suite qu’elle a une maladie génétique, la Progéria. Quand nous nous disons ça, nous comprenons pourquoi elle est si bizarre et nous avons mal au cœur pour elle.
Très vite, nous suivons la commissaire Edwige Marion, une femme très courageuse avec une forte personnalité, ce qui est idéal pour le rôle qu’elle a dans ce roman. Tout de suite, nous l’admirons et nous nous attachons à elle. C’est un gros pilier dans ce livre et elle nous fera beaucoup sourire avec la rage qu’elle a de vouloir comprendre cette sombre histoire qui la concerne personnellement.
Nous rencontrons d’autres personnages dont nous nous méfions. Nous n’avons pas confiance en qui que ce soit hormis Edwige Marion. Les gens nous paraissent tous suspects au début et au fur et à mesure, nous prenons confiance en certains personnages. L’auteure nous fait voir des tabous dans son roman comme l’homosexualité entre femmes qui est, malheureusement encore à ce jour, quelque chose de délicat pour certaines personnes.
Nous sommes très imprégnés dans l’histoire, dans la recherche médicale et nous voyageons en dehors de la France en passant par l’Angleterre et la Russie. Nous nous posons beaucoup de questions quant à savoir pourquoi certaines personnes font ce genre de choses effroyables.
Nous sommes également en présence d’une jeune femme enfermée dans un lieu insalubre avec une enfant gravement malade, mais par la suite, nous comprenons très vite que ce n’est pas encore le plus difficile de l’histoire. Elle va subir des choses bien plus horribles que des blessures physiques.
Vers la fin, tout s’enchaîne et nous voyons enfin le dénouement de cette histoire. Nous comprenons enfin pourquoi ils ont fait ça, mais aussi qui tiens les rênes de cette terrible recherche.
Nous sommes stupéfaits de voir qu’un personnage proche d’Edwige Marion soit aussi aveugle et aussi borné. Nous sommes un peu déçus de cela, mais sinon nous appréciions beaucoup ce final.


Est-ce que j’ai aimé ce livre ?



C’est une très belle découverte que j’ai faite grâce à Babelio et aux Éditions Versilio.
Il y a juste la fin qui est un peu déroutante pour moi, mais sinon en majorité, j’ai beaucoup apprécié de me plonger dans cette histoire de génétique.


Une note ?



4/5


Je tiens à remercier Babelio et les Éditions Versilio pour m’avoir permis de lire ce beau polar.


Nombre de pages : 371

ISBN : 978-2-36132-128-4

Format : Papier

Éditeur : Éditions Versilio



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire