mardi 12 mai 2015

Mémé dans les orties de Aurélie Valognes


Synopsis



Solitaire, bougon, acariâtre – certain diraient : seul, aigri, méchant... –, Ferdinand Brun, 83 ans, s'ennuie à ne pas mourir.
Son unique passe-temps ? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot.
Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence.
Mais lorsque sa chienne prend la poudre d'escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie... jusqu'au jour où une fillette précoce et une mamie geek de 93 ans forcent littéralement sa porte, et son cœur.







Chronique de Méli




La couverture est simple, sans trop de rapport avec le contenu de ce roman malheureusement.


Quand nous commençons cette histoire, nous sommes tout de suite pris au cœur de la vie de Ferdinand, le personnage principal.
Nous tombons immédiatement sous le charme de la plume de l’auteur. Elle écrit bien et de ce fait, nous sommes plongés dans le roman à une vitesse effrénée.
Nous apprécions beaucoup Ferdinand. Il nous fait rire dès le début avec son caractère bien trempé et son antipathie envers ses voisins. Bien qu’il soit si solitaire, nous sentons qu’il a un grand cœur quand nous voyions comment il est avec sa chienne Daisy.
Par la suite, nous nous amusons de voir que sa vie est chamboulée par plusieurs choses qui vont le perturber dans le bon sens comme dans le mauvais. Au départ, nous sommes tristes pour lui de le voir si abattu, même s’il est un peu méchant avec ses voisins, nous le prenons tout de suite en compassion et ce vieux monsieur nous attendris énormément. Heureusement la suite est un peu plus joyeuse et nous sommes ravis de voir qu’il y ai un tel changement dans sa vie.
Nous apprécions beaucoup Juliette, cette petite fille qui n’a pas froid aux yeux et qui a un cœur énorme. Grâce à elle, notre vieux Ferdinand devient plus soupe au lait et ça nous émeut beaucoup. 
Au fur et à mesure que nous tournons les pages, nous voyions Ferdinand s’ouvrir un peu plus au monde extérieur et surtout, il comprend que toutes les personnes de son immeuble ne sont pas méchantes, même si quelques-unes d’entre elles sont encore dubitatives quant au changement radical de personnalité chez lui.
Grâce à lui, nous nous disons que la vie est courte et qu’il faut en profiter. Qu’il faut profiter de ses porches et leurs dire combien nous les aimons.
C’est une très belle leçon de vie ce roman !
Revenons à l’histoire.
Nous sommes ravis de voir que notre personnage principal se fasse des amis et plus encore des amies. Nous sentons que des sentiments naissent dans la résidence entre deux personnages ce qui nous fait beaucoup sourire.
Très vite, nous comprenons que ce n’est pas ce que nous croyions et de nouveau , nous sommes tristes.
Nous sommes tristes de voir Ferdinand si mal mené dans une tragique histoire. Mais la suite nous fait sourire et rire en même temps. Nous sommes ravis de voir que la voisine de ce dernier est aussi influente à son âge.
La suite nous rend triste, nous avons peur de voir Ferdinand quitter la résidence, surtout que maintenant, il respire la joie de vivre.
Un dénouement final va venir nous sortir les larmes des yeux et nous sommes heureux de voir ce qu’il s’y passe.
C’est une très belle fin pour un roman rempli de fraîcheur.


Est-ce que j’ai aimé ce livre ?



J’ai adoré ce roman ! Du début à la fin, je voulais toujours en savoir plus. Il se lit très vite et c’est un roman idéal pour l’été.
Je ne peux que vous le conseiller, vous ne serez pas déçus !


Une note ?



5/5


Je tiens à remercier les Éditions Michel-Lafon pour m’avoir permis de lire ce très bon roman.


Nombre de pages : 280

ISBN : 978-2-7499-2608-7

Format : Papier

Éditeur : Éditions Michel-Lafon



2 commentaires: