jeudi 9 avril 2015

La fureur du prince de Thierry Berlanda


Synopsis



Le criminel le plus sauvage du pays vient de s’échapper. À l’issue d’un carnage qui promet d’être le premier d’une longue série, il a franchi les murs de son hôpital psychiatrique. Qui l’a aidé ? Et à quelle fin ? De nouveau, Jeanne Lumet, celle qui a permis son arrestation un an auparavant, se dresse sur la route ensanglantée de celui que les journalistes ont surnommé Le Prince. Et de nouveau, elle agit au péril de sa vie, entre Bareuil – son mentor qui joue un jeu sadique avec elle – et Falier – le flic en fin de parcours censé la protéger.





Chronique de Méli



La couverture est magnifique, pour ceux qui ont lu L’insigne du Boiteux, vous voyez entièrement la tête d’un personnage totalement fou. Quand nous la regardons, nous savons tout de suite que le contenu de ce thriller sera haut en couleur.

Dès le début, nous sommes tout de suite replongés dans l’univers de Jeanne, mais nous sentons qu’elle ne sera plus jamais la même personne. Nous retrouvons également notre très cher Aravahani et nous comprenons très rapidement que les choses sont loin d’être finies.
Au départ, nous sommes pris dans ces deux histoires qui se déroulent simultanément. D’un côté, la vie tourmentée de Jeanne et de l’autre la vie de sociopathe d’Aravahani. Au fur et à mesure que nous tournons les pages, nous sentons monter une tension et nous savons pertinemment que des choses vont se produire dans peu de temps. Ce début de roman monte crescendo et notre angoisse en va de même.
Par la suite, nous sommes confrontés à une chose incroyable avec des meurtres très troublants et très sanglants. Nous sentons réellement que l’auteur vit au rythme de ses personnages, c’est comme s’il était présent avec eux et par le fait, il nous embarque par la même occasion avec lui.
Nous retrouvons des autres protagonistes policiers que nous avions suivis dans L’insigne du boiteux, mais aussi, de nouveaux personnages que nous n’arrivons pas à apprécier et nous les sentons suspects dès le début.
Comme l’auteur aime nous ballotter de droite à gauche, nous ne savons plus réellement à qui Jeanne doit faire confiance ou non, c’est totalement déstabilisant et ça fonctionne à merveille pour ce thriller.
Nous retrouvons aussi un personnage qui était déjà pas très clair pour nous dans L’insigne du boiteux et encore une fois, nous n’arrivons pas à le sentir. Nous sentons qu’il cache quelque chose, mais nous n’arrivons pas à savoir quoi.
Nous sommes un peu énervés par Jeanne. Elle n’en fait qu’à sa tête, mais ce que nous apprécions chez elle, ce sont son fort caractère et sa témérité. Jusqu’à la fin, nous ne nous doutons pas un seul instant de ce qu’il peut se passer ce qui nous pousse encore plus à en savoir d’avantage.
Nous sommes entièrement troublés quand nous comprenons ce final, mais aussi nous savons parfaitement qu’une suite est plus que probable et nos doutes sur un personnage en particulier sont fondés. Donc, la suite dans le prochain épisode…


Est-ce que j’ai aimé ce livre ?



Encore une fois, Thierry Berlanda, a sût me transporter dans ce second volet. Les personnages sont intrigants et totalement dissociables les uns des autres. C’est une histoire addictive au plus haut point et quand j’ai vu le final, je me suis dit : « Il me faut la suite ! ».
J’ai vraiment hâte de connaître le mystérieux secret que cache un personnage et j’espère bien le découvrir dans la suite de cette histoire.
Si vous n’avez pas encore succombé, il est temps de vous rattraper et de vous lancer à la poursuite du Prince.


Une note ?



5/5


Je tiens à remercier les Éditions La Bourdonnaye ainsi que Thierry Berlanda pour m’avoir fait découvrir ce très bon thriller.


Nombre de pages : 294

ISBN : 978-2-8242-1052-0

Format : Papier

Éditeur : Éditions La Bourdonnaye



8 commentaires:

  1. ouiiiii, la suiteeeeeee :) Très bel avis ma belle :)

    RépondreSupprimer
  2. Bizarrement, c'est toi qui m'agaces et pas Jeanne ! 3:) Bon, je note mais faut que j'arrive d'abord à trouver le Boiteux !

    RépondreSupprimer
  3. J'aime bien aussi la couverture! On aurait pas envie de la croiser seule, dans la rue ^^

    RépondreSupprimer