jeudi 11 décembre 2014

Peine perdue de Olivier Adam


Synopsis



Les touristes ont déserté les lieux, la ville est calme, les plages à l'abandon. Pourtant, en quelques jours, deux événements vont secouer cette station balnéaire de la Côte d'Azur: la sauvage agression d'Antoine, jeune homme instable et gloire locale du football amateur, qu'on a laissé pour mort devant l'hôpital, et une tempête inattendue qui ravage le littoral, provoquant une étrange série de noyades et de disparitions. Familles des victimes, personnel hospitalier, retraités en villégiature, barmaids, saisonniers, petits mafieux, ils sont vingt-deux personnages à se succéder dans une ronde étourdissante. Vingt-deux hommes et femmes aux prises avec leur propre histoire, emportés par les drames qui agitent la côte.





Chronique de Méli



La couverture est très belle mais nous ne comprenons pas le rapport avec l’histoire.


Dès les premières phrases, nous trouvons l’écriture de l’auteur assez compliquée et c’est vraiment difficile de rentrer dans l’histoire. Par la suite, nous nous y habituons et cela devient un peu plus simple.
Au début, nous sommes assez emballés par l’histoire, même si à chaque chapitre, c’est l’histoire vue d’un personnage différent à chaque fois et c’est assez difficile de se remémorer qui est qui par rapport aux autres personnages. On s’emmêle vite les crayons et ça peut vite énerver quelques lecteurs. Bien que ce soit assez compliqué, on s’attache presque à tous les protagonistes de ce roman.
Ce que nous appréciions dans cette histoire, c’est que l’auteur évoque la vraie vie des gens vivant en France au travers de ses personnages. On parle de misère, de suicide, d’amour, d’amitié… Tout ceci est très émouvant et rend le roman intéressant. Du moins ce n’est que pour le début. Car, vers le milieu du roman ça s’essouffle rapidement et on est vite déçus.
Les histoires s’emmêlent au fur et à mesure que nous lisons et ça devient assez pénible car il faut que nous retournions en arrière pour nous souvenir ce qui s’est déroulé auparavant.
Les soucis de ce roman sont assez nombreux, en continuant avec le problème de dialogue. Il y a beaucoup de narration et presque pas de dialogue ce qui est assez pénible pour le lecteur et on se lasse vite de ce roman. Ensuite, il y a des endroits où les histoires sont superflues et sans grand intérêt. Parlons des actions, celles-ci sont pour ainsi dire quasiment inexistantes et du coup ça ne donne aucun relief à l’histoire et elle est très plate et fatigante.
La fin est trop vite arrivée, vite bâclée et nous avons vraiment l’impression que l’auteur était en manque d’inspiration car c’est une fin qui nous laisse encore dans le roman et on ne sait pas très bien pourquoi tant de chose racontée pour arriver à ce point.


Est-ce que j’ai aimé ce livre ?



Bien qu’il y ait eu deux choses de bien intéressantes dans ce roman, le reste est très décevant. L’auteur nous balance dans tous les sens pour au final arriver dans un cul-de-sac. J’ai vraiment été déçue de voir l’histoire devenir insipide au fur et à mesure de la lecture, je n’avais qu’une hâte, le terminer au plus vite !


Une note ?



1/5


Je tiens à remercier PriceMinister pour m’avoir permis de lire ce roman pour Les matchs de la rentrée littéraire 2014.


Nombre de pages : 414

ISBN :  978-2-0813-1421-4

Format : Papier

Éditeur : Éditions Flammarion



2 commentaires:

  1. Merci, au moins c'est franc et direct, je vois bien les points positifs sur ce livre, mais me connaissant et au vu de ta superbe chronique, je ne le note pas. Merci de ne pas agrandir ma liste à lire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, malheureusement je n'ai pas aimé ! Après comme je dis, ce n'est que mon avis :-)

      Supprimer