mardi 14 octobre 2014

La fille de l’ambassadeur de Pam Jenoff


Synopsis


Paris, 1919.
La guerre à peine finie, Margot Rosenthal se voit contrainte de suivre son père à Paris où il doit négocier le traité de paix avec les vainqueurs. Pas facile pour une jeune Allemande de s’intégrer dans une ville où elle demeure aux yeux de tous une ennemie. Mais n’est-ce pas préférable à la vie qui l’attend à Berlin, au côté de son fiancé revenu du front et qui n’a plus rien de commun avec celui dont elle était tombée amoureuse ? Heureusement, loin du monde contraint et policé des diplomates, il y a la liberté des bars de Montparnasse, où les rires et les discussions enflammées fusent dans la lueur tamisée des bougies, où le cliquetis des verres couvre joyeusement les notes feutrées du piano. Très vite, Margot rêve de se mêler à cette jeunesse libérée qui la fascine, de nouer parmi elle des liens à la fois dangereux et délicieusement grisants. Et d’abord avec George Richwalder, cet officier charismatique qui lui propose de l’engager comme traductrice. Auprès de cet homme, ce sont bientôt toutes ses certitudes qui s’écroulent, tandis que grandit le désir qu’elle éprouve pour lui. Dans ces temps troublés, comment contenir cette passion intense et lumineuse qui la submerge, au point, peut-être, de l’amener à manquer aux promesses qu’elle a faites à un autre ?


Chronique de Méli



La couverture est très attirante et donne réellement envie de nous plonger dans cette histoire. Les couleurs sont très bien choisies et nous avons déjà l’impression d’avoir commencé ce roman.

La taille des caractères de ce livre peut faire peur car c’est vraiment écrit petit et toutes les pages sont vraiment bien remplies. Les chapitres aussi peuvent faire peur car ils sont assez longs.
Nous commençons en rentrant facilement dans l’histoire grâce à l’écriture simple à comprendre de l’auteur.
Nous sommes embarqués à la fin de la première guerre de 1914-1918 et, pour une fois, nous nous plaçons du point de vue d’une jeune femme allemande. Tous les personnages que nous rencontrons sont en grande majorité des Allemands et cela change totalement des autres histoires de la guerre qui se passent avec des personnages Français.
Grâce aux détails et à la façon que Pam Jenoff raconte son histoire, nous sommes totalement immergés dans cette sombre époque qui n’était pas bonne pour qui que ce soit. Beaucoup de sentiments viennent nous heurter de plein fouet, tout se mélange entre haines, rage, inquiétude, amour, amitié, trahison. Ce sont tous ces sentiments qui font que ce roman est sublime.
Nous suivons notre héroïne du début à la fin en ne sachant pas si nous l’appréciions ou si elle nous énerve. Par moments elle nous fera rire. On va l’apprécier parce qu’elle est combattante qu’elle à une force de caractère incroyable et nous sommes attendris par tout l’amour qu’elle donne sans forcément de contreparties. Elle va nous énerver parce que c’est une tête de mule. Elle est naïve par moment et ne voit pas forcément plus loin que le bout de son nez. Nous avons par moments envie de la raisonner de lui dire de faire telle ou telle chose, mais naturellement elle va faire pratiquement tout à l’inverse de ce qu’on imagine d’elle.
Bien que ce soit une histoire basée sur le romantisme, nous apprécions de voir que le fond de l’histoire est tout autre et nous nous confrontons à la dure réalité de ce moment d’histoire et tragique. Le fait de nous trouver du côté allemand est original et nous fait voir qu’eux aussi ont subi beaucoup de choses dans cette terrible guerre. L’auteur nous détaille comme il faut les moments terribles que les personnes vivant en Allemagne ont vécus. Les pertes matérielles et humaines ont été terrifiantes et nous sommes confrontés à cette réalité.
Avec les années de guerre, notre héroïne doute de sa vie à venir et de ses sentiments pour un homme. L’histoire se déroule en grande partie à Paris et à Versailles puis nous sommes de retour en Allemagne près de Berlin. Nous apprécions de voyager au travers de ces différentes cultures et façon de vivre que nous offre l’auteur.
Bien que nous vivions à cent à l’heure à Paris, quand nous retournons à Berlin à la fin de ce roman, nous suivons la vie de Margot – notre héroïne – encore plus rapidement que la vie Parisienne. Nous pensions que rien ne pourrait troubler cette vie que Margot a commencé à vivre, et au final, nous sommes stupéfaits de voir une grande trahison venir s’immiscer dans l’histoire. Comme pour Margot, nous n’avions rien vu venir et nous sommes choqués. Par la suite nous ne comprenons pas pourquoi elle ne réagit pas envers cette personne comme nous nous l’imaginons.
La fin est assez triste et nous sommes très choqués que l’auteur ai tourné cette fin de cette manière. Nous nous attendions à quelque chose de plus réjouissant et sans point de suspension.


Est-ce que j’ai aimé ce livre ?



Bien que l’héroïne soit pénible par moments, j’ai beaucoup apprécié cette histoire. Le seul problème que j’ai, c’est que la fin est très décevante pour moi, je m’étais attendue à quelque chose de largement mieux qui aurait collé un peu mieux à cette histoire.


Une note ?


3.5/5


Je tiens à remercier Babelio et les Éditions Harlequin pour m’avoir permise de lire ce roman.


Nombre de pages : 348

ISBN : 978-2-2803-1679-8

Format : Papier

Éditeur : Éditions Harlequin



2 commentaires:

  1. En plus, j'adore cette époque. Quant à la couverture que je trouve très belle, je pensai trouver une histoire palpitante.
    Du coup, ta petite note ne me donne pas envie de lire ce roman de suite. Dommage
    Je le note quand même Merci pour ce partage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi je pensais que ça serait une histoire plus prenante mais sans plus au final. Après ce n'est que mon avis personnel peut être que tu aimeras :-)

      Supprimer