samedi 15 mars 2014

Debout les vieux ! de Ondine Khayat


Synopsis



Léonce a beau avoir 72 ans, être mise à la retraite du jour au lendemain lui reste en travers de la gorge. Et puis que va-t-elle faire de ses journées, de sa solitude, des souvenirs – douloureux – qui remontent à la surface ? Soudain, elle se sent vieille, et inutile… ce qui n’arrange en rien son mauvais caractère.

Qu’à cela ne tienne, ses voisins de la Résidence des Mouettes décident de la sortir de ce début de dépression. Régis le concierge qui veut changer le monde, Mimosa la fleuriste généreuse, Mama Rose l’âme du quartier, Arsène le bel architecte, Mireille la sexygénaire, Chicano l’ex-plombier, et enfin Slimane, Valentine et Amidon, tout juste entrés dans l’adolescence… Tous vont s’ingénier à lui réinsuffler le goût de vivre.

Et ça marche ! Bienfait des différences, rapprochement des générations, miracles ,de la solidarité, le tout assaisonné d’un petit grain de fantaisie, rien de tel pour oublier le poids des ans redécouvrir les joies de l’existence. Debout les vieux ! est un roman aussi réjouissant que thérapeutique !



Chronique de Méli



La couverture m’a tout d’abord intriguée et quand j’ai lu le synopsis, je rigolais déjà, je sentais que ce roman était fait pour moi !
J’ai eu l’occasion de lire ce roman grâce aux éditions Michel-Lafon et j’en suis vraiment heureuse car ce roman est une vraie bouffée d’air frais.
La couverture fait déjà rire rien qu’en la regardant, ce qui retrace bien tout le contenu de ce livre.
Dès le début, je me suis plongée totalement dans l’histoire. L’auteur écrit vraiment bien et c’est très simple à comprendre, on sent bien qu’elle a voulu donner envie à ses lecteurs.
En voyant la personnalité du personnage principal qui est Léonce, une image de Tatie Danielle (qui est un film français), est venu directement se matérialiser devant mes yeux et j’ai commencé à rire. Le sale caractère et la colère ne laissent plus beaucoup de place à la gentillesse mais au fond c’est un grand cœur traumatisé et renfermé sur elle-même.
Ce qui est étonnant dans ce roman, c’est que l’auteur décrit à la perfection l’état « dépressif » et le fait de se renfermer sur soi-même fait que les personnes dans cet état deviennent hypocondriaques et c’est la triste réalité des choses.
Les personnages sont très drôles. Ils usent de stratagèmes plus originaux les uns que les autres pour venir en aide à Léonce. La répartie de cette dernière est bien trouvée. Tout les passages où je voyais Léonce parler, je me demandais ce qu’elle allait dire comme remarque cinglante et je riais déjà d’avance.
Bien que ce soit un roman rempli d’humour, on se rend compte de certaines choses qui se cachent derrière l’humour de ces personnages et cela fait grandement réfléchir. L’auteur détaille la vie réelle de beaucoup de personnes et les sentiments que chacun cache ou ignore avec beaucoup de justesse. On retrouve la cohabitation de plusieurs personnes du même âge dans une résidence mais aussi la venue de jeunes adolescents auprès des personnes « âgées » ce qui donne aussi, pour notre personnage principal, du pain sur la planche et la fait réfléchir beaucoup sur ce qu’elle est réellement.
C’est un roman, rempli d’humour mais qui s’est implanté au milieu des beaux sentiments d’amour et d’amitié. Ce roman fait réfléchir sur les conditions de vie des personnes se retrouvant à la retraite et sans plus aucun travail après une longue période d’activité.
Tout est fait de réflexions cachées sous ces traits d’humour et pour le plus grand bonheur des lecteurs on les remarque bien vite.
C’est un roman très complet, bien représentatif des jeunes retraités qui se laissent abattre facilement en se disant qu’ils ne sont plus utile pour quoi que ce soit.
La fin de ce livre est bien faite et redonne du baume au cœur pour ses lecteurs.


Est-ce que j’ai aimé ce livre ?



Ce fût une très bonne lecture, un vrai coup de cœur et de l’humour à revendre.
C’est une très bonne bouffée d’air frais qui fait beaucoup réfléchir et qui fait du bien dans des moments assez difficiles.
Je ne peux que vous le conseiller car vous allez rire du début à la fin.


Une note ?



5/5


Je tiens à remercier les Éditions Michel-Lafon et plus particulièrement Camille pour m’avoir permise de découvrir ce joli roman qui m’a bien fait rire.


Citations :


« – Au bout du tunnel, il a la lumière…
– Sauf que dans mon cas, l’ampoule est cassée. Je suis à la limite de la coupure de courant, et ce n’est pas faute de payer mes factures. »

«  Certains jours, on est comme avachi sur le bord de la route. Ces jours-là n’importe qui peut casser notre tige ou briser nos pétales. À d’autres moments, nous sommes de grands arbres majestueux et il faut se donner du mal pour nous escalader. Tout ça sans aucune garantie. D’ailleurs une fous en haut, certains sont mécontents de la vue. 
Parfois, on est réellement plein de soi qu’on arrive à rien voir d’autre. Pour jouir vraiment d’un paysage, il faut savoir s’oublier un peu, se poser quelque part et laisser de la place à l’autre. »




Nombre de page : 297

ISBN : 978-2-7499-2195-2

Format : Papier

Éditeur : Michel-Lafon


2 commentaires:

  1. J'ai vu la couverture et le résumé de ce livre dans la semaine et déjà j'avais été attirée ! Ta chronique est superbe, j'ai encore plus envie de le lire, faut juste que je le trouve maintenant dans mon entourage. Un tout grand merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis heureuse de t'avoir donné envie de le lire :-)

      Supprimer